L’isdaT aujourd’hui

L’isdaT – institut supérieur des arts et du design de Toulouse est un établissement public d’enseignement supérieur dédié à l’art, au design, au design graphique, à la musique et à la danse.

Chaque spécialité donne lieu à des enseignements et à des diplômes spécifiques et peut faire naître, selon les cursus, des projets de collaborations.

Formation initiale, formation continue, cours ouverts à tous les publics et aux amateur·trices, l’ensemble de nos formations répond à l’importance sociale et éducative de développer la création et la transmission dans notre société en pleine mutation.


L’institut supérieur des arts et du design de Toulouse forme des artistes, créa­trices et créateurs dans plusieurs domaines, faisant de cet établissement d’enseignement supérieur public un lieu unique en France de dialogue artistique et pédagogique. Les futur·es auteur·trices, inter­prètes et enseignant·es trouveront à l’isdaT des cursus spécialisés en musique, danse, design, design graphique et arts plastiques, dans un équilibre entre pratique et mise en contexte culturelle et théorique, permettant ainsi aux étudiant·es d’être outillé·es pour s’épanouir et s’insérer dans la vie profes­sionnelle et sociale.

L’isdaT affirme aussi l’importance des pratiques collaboratives et interdisciplinaires dans le déploie­ment des savoirs et savoir-faire de plus en plus mobilisés dans les cultures contemporaines. Les créateur·trices sont de plus en plus amené·es à « faire eux-mêmes » mais aussi à « savoir faire avec d’autres », quelles que soient leurs pratiques. Cette approche collaborative se développe au sein de nos forma­tions et a donné lieu dès 2019-2020 à une formation expérimentale, PLEXUS Lab, basée sur une pédagogie de projets artistiques associant des pratiques diverses.

L’isdaT s’inscrit dans un vaste réseau local, national et international qui lui donne une grande capacité de partenariats, et offre ainsi aux étudiant·es un ancrage et une mobilité de première importance. Avec les cours extérieurs, l’isdaT permet à toutes les personnes de tous les âges de pratiquer et de se perfectionner dans le champ des arts plastiques. Par ailleurs, l’isdaT propose de la formation continue principalement dans les domaines de la musique et de la danse, et projette de développer de nouvelles offres dans les autres domaines. En évoluant, l’isdaT prépare ses étudiant·es aux métiers et aux enjeux de demain, tout en étant fortement ancré dans sa riche histoire.

+ de photos
isdaT site Daurade, façade © Franck Alix
Auditorium Saint-Pierre des Cuisines, isdaT site Saint-Pierre © Franck Alix
Studios de danse, isdaT site Saint-Pierre
Vernissage de lfjdeulfihxzukftikggrrehmd, exposition des diplômé·es DNSEP 2019 © Franck Alix
isdaT site Daurade, cour d'Honneur

Histoire de l'isdaT

Dans le cadre de la réforme des écoles d’art françaises, l’isdaT est devenu en 2011 un Établissement Public de Coopération Culturelle. Cet EPCC regroupe le Centre d’Études Supérieures Musique et Danse (premier pôle supérieur musique et danse fondé par l’État et la Ville de Toulouse en 1993 sous la direction de Marc Bleuse) appellé « département spectacle vivant », et l’École Supérieure des Beaux-Arts, dénommée « département beaux-arts ». La création de l’isdaT a favorisé une identité transversale associant des projets en arts visuels, musique et danse qui s’inscrivent désormais dans les cursus.

Histoire de l’École des beaux-arts

L’origine de l’École des beaux-arts remonte au XVIIe siècle. Dès 1680, une école publique de dessin et de peinture est ouverte non loin de l’école actuelle. Mais c’est en 1750 que des lettres patentes établissent l’Académie Royale de peinture, de sculpture et d’architecture, première née des académies provinciales. En 1827, elle devient École des Beaux-Arts et des Sciences Industrielles. Plus tard, elle prend le nom d’École Nationale et Spéciale des Beaux-Arts et gagne les bâtiments de l’ancienne manufacture des tabacs, quai de la Daurade, où elle est implantée aujourd’hui.

L’aile du « palais des arts », élevée entre 1892 et 1895 sur les dessins de l’architecte Esquié, ferme bientôt la partie ouest et la cour d’honneur ; elle est aujourd’hui occupée par la bibliothèque et une salle d’exposition, le palais des arts (300 m2), interface entre la ville et l’école et qui permet la présentation de travaux d’étudiants et la programmation d’expositions d’envergure.

Histoire du Centre d’Études Supérieures Musique et Danse

Le département spectacle vivant de l’isdaT était issu du CESMD (Centre d’Études Supérieures Musique et Danse), établissement fondé en 1993 à l’initiative de l’État, de la ville de Toulouse et de l’Université de Toulouse le Mirail (aujourd’hui Université Toulouse – Jean Jaurès). Suivant les préconisations de l’État, le CESMD est devenu en 2011 le département spectacle vivant de l’institut supérieur des arts de Toulouse, au sein de l’établissement public de coopération culturelle (EPCC) auquel a également adhéré l’École supérieure des Beaux-Arts de Toulouse.

isdaT site Daurade, verrière
Auditorium Saint-Pierre des Cuisines et studios de danse, isdaT site Saint-Pierre © W-Architectures
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Consultez nos mentions légales pour en savoir plus.
Oui, j'accepte les cookies