Après le diplôme

La formation à l’isdaT, à la fois polyvalente et spécifique, favorise l’autonomie, la mobilité et la proximité avec les milieux professionnels. Conçu comme un laboratoire de recherche et d’expérimentation mais aussi de performance et d’excellence, ouvert sur les réalités artistiques contemporaines, l’isdaT vise à stimuler l’émergence de talents singuliers, à faire découvrir des personnalités créatives pouvant mener des parcours différents au sein d’un large spectre de disciplines :

  • artiste, photographe, vidéaste, écrivain, illustrateur
  • musicien dans un ensemble professionnel
  • auteur compositeur-interprète
  • professeur de danse ou de musique
  • métiers de la régie et de la scène
  • commissaire d’exposition, critique d’art, directeur artistique, éditeur
  • restauration et conservation préventive des œuvres
  • designer
  • paysagiste, architecte d’intérieur
  • chef de projet dans une agence de design ou d’architecture
  • designer graphique, webdesigner, salarié en agence de communication
  • danseur-chorégraphe
  • producteur ou coordinateur dans diverses structures de diffusion musicale, maisons de disques, concert, festival, etc.
  • professeur d’arts plastiques, enseignant en écoles d’art, artiste, musicien ou danseur intervenant
  • médiateur culturel

En art, design, design graphique

Les étudiant·es ayant obtenu le Diplôme National d’Art peuvent poursuivre des études ou travailler dans tous les domaines, et métiers de la création artistique, du design et du design graphique. Leurs compétences artistiques avérées apportent une dimension créatrice personnelle à toutes collaborations.

Une étude menée par l’Office de la Vie Étudiante sur la vie professionnelle des diplômés de l’isdaT 2009-2012 témoigne d’un taux élevé d’insertion entre 72% et 100% trente mois après l’obtention du DNSEP selon les options.

Après un DNSEP art

Les cinq années d’études conduisant au DNSEP art donnent accès à un éventail encore plus large :

  • artiste, illustrateur, photographe, vidéaste, créateur en multimédia ; ou métiers du spectacle vivant (scénographie, création lumière, son…) ;
  • métiers de la régie et de la technique (régie d’exposition, régie son ou lumières, technicien vidéo…) ;
  • commissaire d’exposition, critique d’art, directeur artistique, éditeur ;
  • professeur des écoles d’art ou autres fonctions (assistant d’enseignement, direction des études, direction générale d’école d’art),
  • artiste intervenant en milieu scolaire ou hospitalier, professeur d’arts plastiques en collège ou lycée ;
  • restauration et conservation préventive des œuvres, auteur de logiciels multimédia.

Après un DNSEP design

Les cinq années conduisant au DNSEP design donnent accès à la poursuite d’études en école d’architecture ou en cycle III et/ou à un large éventail de métiers : designer, designer d’objet ou d’espace, designer sonore, concepteur sonore, compositeur, programmateur de dispositifs scéniques en lumière et son, paysagiste, architecte d’intérieur, dessinateur technique, chef de projet dans une agence de design ou d’architecture, prototypiste, maquettiste, designer chercheur, artiste.

Après un DNSEP design graphique

Les étudiant·es ayant obtenu le DNSEP design graphique peuvent travailler en tant que designer graphique ou salarié en agence de communication, design, architecture ou webdesign, ou dans les services de graphisme presse (papier, écran) ; être directeur·trice artistique ou de projets culturels ; être intégré·es comme collaborateur·trices capables d’apporter une dimension créatrice personnelle dans les services communication, recherche et développement d’entreprises ou de collectivités territoriales. Ils·Elles exercent également en tant qu’enseignant·es en lycée et dans l’enseignement supérieur en écoles d’art, par exemple. Ils·Elles sont formé·es également pour pouvoir poursuivre des études notamment des post diplômes internationaux ou des études doctorales.

En musique et danse

Une enquête d’insertion est réalisée annuellement envers nos diplômé·es. Selon les résultats obtenus, les diplômés danse et musique titulaires d’un diplôme s’insèrent rapidement et durablement dans des postes correspondant à leur secteur de formation.

La nature de leurs contrats (nombreux contractuels de la fonction publique pour la musique et contractuels du secteur privé pour la danse) reflète les usages du secteur professionnel.

Différents types d’emplois sont possibles et peuvent se décliner comme suit.

Après un DNSPM

  • des emplois de type « régulier », soit un poste dans un ensemble professionnel (orchestre symphonique, orchestre de chambre, ou autre forme d’ensemble) ;
  • des emplois dits « occasionnels », assez fréquents dans le milieu professionnel musical, où les musiciens peuvent être engagés par une structure dont la diffusion n’est pas l’activité principale ou dans le cadre d’un projet de diffusion circonscrit dans le temps (ex : festival, création d’une œuvre par une formation non pérenne, etc.) ;
  • production ou coordination dans diverses structures de diffusion musicale, maisons de disques, concert, festival, etc. ;
  • emploi d’enseignement spécialisé (pour ceux qui obtiennent le double diplôme DE-DNSPM) ;
  • médiation culturelle.

Après un DE de professeur de musique ou de danse

  • assistant·e spécialisé·e d’enseignement artistique du secteur public ;
  • professeur·e ou animateur·trice du secteur associatif ;
  • musicien·ne intervenant·e en milieu scolaire (dans le cas d’un double diplôme  DE/DUMI) ;
  • médiation culturelle ;
  • emplois réguliers ou occasionnels de musicien interprète ou danseur.

L’isdaT est clairement identifié par les écoles associatives et les conservatoires de la région Occitanie comme centre de ressources permettant de pourvoir à leurs besoins de recrutement en enseignants musique et danse. L’isdaT sert de relai entre les jeunes diplômé·es et les employeurs locaux, qu’il s’agisse de pourvoir à des postes permanents, à des remplacements ponctuels ou de former des acteurs déjà en place mais non diplômés.

L’isdaT, par la VAE et la formation continue, contribue activement à la professionnalisation / qualification / déprécarisation de centaines d’enseignant·es en musique implantés dans la métropole Toulousaine et dans la région Occitanie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Consultez nos mentions légales pour en savoir plus.
Oui, j'accepte les cookies