Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.

Suivez-nous

Dans les murs

isdaT spectacle vivant

Masterclass clarinette avec Jérôme Comte

jeudi 19 déc. 2019

masterclass

de 9h30 à 12h30 — site La Vache, CRR de Toulouse

Réservée aux étudiant·es en DNSPM clarinette

Après de brillantes études entre Genève et Paris en compagnie de professeurs tels que Thomas Friedli, Pascal Moragues et Michel Arrignon, Jérôme Comte se distingue dans plusieurs concours internationaux à Paris, Prague ou encore Munich, et devient lauréat de la fondation Meyer pour le développement artistique, de la fondation d’entreprise groupe Banque Populaire, et premier filleul 2003 de la prestigieuse Académie Charles Cros. C’est d’ailleurs cette même Académie qui lui remettra le Grand Prix du Disque 2017 pour son CD des 2 Sonates opus 120 de Johannes Brahms et des 4 pièces d’Alban Berg opus 5 avec le pianiste de renom Denis Pascal.

Dès lors, il commence sa carrière de chambriste à travers le monde, et des orchestres de réputation internationale l’invitent à jouer en leur sein comme le London Symphony Orchestra, le Mahler Chamber Orchestra, ou encore l’Ensemble Intercontemporain, dont il devient membre à l’âge de 25 ans.

À 26 ans, il joue Éclipse de Yan Maresz pour clarinette et ensemble au festival d’Aix en Provence sous la direction de Pierre Boulez. En 2009, il réitère l’expérience avec le maître cette fois-ci en interprétant le Concerto d’Elliot Carter au cours d’une tournée dans les grandes salles européennes, concerto qu’il enregistre quelques années plus tard avec Matthias Pintscher et l’Ensemble Intercontemporain chez Alpha Classics.

En 2010, il se voit confier la délicate exécution du Dialogue de l’ombre double de Pierre Boulez, à l’occasion d’une rétrospective de l’œuvre du compositeur à l’auditorium du Louvre, chef d’œuvre qu’il n’a de cesse de jouer depuis.

Parmi les grands évènements de sa carrière, c’est encore une fois aux côtés de Matthias Pintscher qu’il joue le concerto pour clarinette d’Unsuk Chin (une œuvre de 2014) au New World Center de Miami, ou encore le très beau Miracle de la rose de Hans Werner Henze à la Cité de la musique de Paris.

Jérôme Comte joue exclusivement une clarinette Buffet Crampon Tosca Greenline.

  • Linkedin isdat

Jérôme Comte, portrait © Jean-Baptiste Millot