Pour une meilleure expérience,
veuillez tourner votre appareil en mode portrait.

Suivez-nous

Dans les murs

isdaT

[REPORTÉ] Mili Pecherer

mercredi 25 mars 2020

conférences

18h amphi A, site Daurade

How glorious it is to be a human being

Réalisatrice : Mili Pecherer.
Production : Le Fresnoy, 2018.

Emmitouflées dans de splendides pèlerines d’allure médiévale, deux jeunes femmes cheminent. Parties en pèlerinage pour une destination fort humble, elles parcourent de petites routes de campagne, et devisent à l’écoute l’une de l’autre. La première, Mili Pecherer, la réalisatrice, porte sur son dos un fardeau aussi grotesque qu’énigmatique : un énorme baluchon en forme d’hémorroïde. La seconde, quand à elle, porte un enfant à naître. On l’aura compris, voici réunis et le sérieux et le cocasse pour cette pérégrination sur les contreforts des Pyrénées, ouverte sous les auspices d’un chant moyenâgeux aux tonalités carnavalesques et irrévérencieuses. Ce voyage sera dans la tradition picaresque l’occasion de rencontres : avec tel agriculteur père de famille qui les accueille, avec tel inventeur d’une machine à retrouver les chats égarés. Sans oublier un âne, compagnon de route d’un moment de cette équipée fantasque.

S’esquisse ainsi un film comme moyen de conjuration des angoisses existentielles, genre connu, ici subverti par l’esprit de candeur et la distance burlesque adoptés. Une quête librement inspirée de Ce que nous apprennent les lys des champs et les oiseaux du ciel de Kierkegaard, qui s’écarte des chemins tracés comme l’annonçait discrètement le plan d’ouverture. Pèlerinage paradoxal — Lourdes n’est pas loin mais malicieusement éludée : revenir à soi par le chemin ainsi dessiné et non par une révélation, comme le pointe l’entrevue finale en rien conclusive, aussi saugrenue que programmatique. 

Nicolas Fedoroff


Après des milliers d’années d’errance, deux immigrants de France et d’URSS se sont installés en Terre Promise. De leur amour est née Mili Pecherer en 1988.

Pourquoi un individu quitte-t-il sa patrie ? Nous ne le savons pas. C’est pourquoi Mili a pris le large, et depuis, elle se promène sur les chemins, équipée d’une petite caméra. Elle documente à bâtons rompus ses rencontres avec des gens et d’autres animaux dans leur quotidien, puis les transforme en films.

Les aventures de Mili se sont déroulées jusqu’à présent en Israël, en Finlande, en Russie, en Espagne et en France, soutenues par diverses institutions comme l’Académie Bezalel, le VGIK, l’université des sciences appliquées de Lahti, BilbaoArte et Le Fresnoy — studio national des arts contemporains.

Elle a obtenu entre autres le prix studiocollector 2019, deux mentions spéciales au FID Marseille 2019, le prix Neubrandenburg à dokumentART 2014, le soutien du fonds NFCT, etc. Son dernier film, Ce n’était pas la bonne montagne, Mohammad, a participé à la Berlinale Shorts 2020.

Mili vit actuellement à Marseille, afin de ne pas être trop éloignée de la mer.

  • Linkedin isdat

How glorious it is to be a human being, Mili Pecherer, 2018